Skip to content
Centre de référence des microangiopathies thrombotiques
Accessibilité
800x600 Résolution intermédiaire Plein écran Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Taille des caractères par défaut
Bannière
Bannière

Fiches maladies

Eculizumab

PDFImprimerEmail
Écrit par Marc Buffet
le 25 Novembre 2011
Bloqueur du complément - Eculizumab
Informations médicales :
Nom du médicament : Eculizumab
Nom alternatif : Soliris®
Description : Bloqueur de l'activation terminale du la voie alterne du complément commercialisé par la firme Alexion. L'AMM dans l'indication des SHU atypiques a été obtenue, en France, en septembre 2012. D'autres perspectives sont en cours d'évaluation (SHU typique, MAT associées à l'allogreffe de cellules souches hématopoïetiques entre autres).
Informations Complémentaires :
Famille de médicaments : Bloqueur du complément
Indications
Le Soliris® est un anticorps monoclonal qui bloque le complément au niveau de fraction C5, et bloque ainsi la fabrication du complexe d’attaque membranaire C5b9. L’efficacité de cet anticorps a été montrée initialement dans la prise en charge de l’hémoglobinurie paroxystique nocturne. L'indication dans cette pathologie est autorisée depuis juin 2007.
Dans le SHU atypique
Le Soliris® a obtenu une extension d’autorisation de mise sur le marché (avis de la commission de la transparence de l’HAS du 19/09/12) dans l’indication large de SHU atypique. Il est réservé à l’usage hospitalier et soumis à une prescription par un spécialiste en hématologie, en médecine interne, en néphrologie ou en pédiatrie. Un plan de gestion des risques a été mis en place par les autorités de santé. Actuellement, les recommandations de groupes d’experts réunis par l’ANSM et un consensus de la Société Française de Néphrologie Adulte et Pédiatrique préconisent l’utilisation du Soliris® en première intention chez l’enfant, et chez l’adulte en cas de SHUa en réponse suboptimale aux EP entre J3 et J5 (définie par la persistance du taux de plaquette ≤ 150.000/mm3, une stabilité ou augmentation de la créatininémie ou la persistence d’une hémolyse). Le Soliris® est indiqué même en l’absence d’anomalie du complément. Chez l’enfant, lors de la première poussée, le traitement de première intention par le Soliris® peut permettre d’éviter la pose d’un cathéter central et les complications des EP. Si les plaquettes sont ≥ à 150.000/mm3, mais anémie, insuffisance rénale, protéinurie et atteinte extrarénale, le Soliris® peut-être envisagé d’emblée. Actuellement, le traitement doit être poursuivi au moins pendant un an. Les critères d’arrêt du traitement restent encore à déterminer avec précision, et dépendent de l’histoire personnelle et familiale de SHU, et du type de mutation.
Dans le SHU STEC+
Des études récentes in vitro suggèrent que la shigatoxine peut directement se lier au facteur H du complément et inférer avec sa fonction régulatrice (Orth, Khan et al. 2009). L'étude d’échantillons de sérums patients atteints de SHU-STEC+ provenant de l’essai Synsorb-Pk a permis également de détecter des niveaux sériques élevés du complexe C5b-9 (Thurman, Marians et al. 2009) et une activation du facteur B (Bb) lors de la phase précoce (jours 1-4). Leur normalisation dans les 4 premières semaines d’évolution de la maladie suggère qu’intervient une activation du complément pouvant avoir un rôle dans la physiopathologie du SHU-STEC+. Trois patients atteints de SHU-STEC+ sévère s’aggravant sur le plan neurologique malgré une dialyse et des EP, dont un avec un niveau bas de C3 ont été traité par anticorps monoclonaux anti-C5, permettant une normalisation du taux de plaquettes et des LDH (Lapeyraque, Malina et al. 2011). De plus, les EP et le Soliris® ont été intensément utilisés lors de la récente épidémie de SHU liés à E. coli O104:H4 en Allemagne, sans que des conclusions claires aient pu en être tirées en terme d’efficacité (Menne, Nitschke et al. 2012).
La recommandation actuelle du CNR-MAT est que le Soliris® peut être prescrit dans les formes de SHU-STEC+ sévère avec atteinte neurologique grave ou autre atteinte viscérale (Niveau 3 ; Grade C).
Mis à jour le 16 Novembre 2012