Skip to content
Centre de référence des microangiopathies thrombotiques
Accessibilité
800x600 Résolution intermédiaire Plein écran Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Taille des caractères par défaut
Bannière
Bannière
Accueil La Clinique Traitements Antiagrégant plaquettaires

Fiches maladies

Antiagrégant plaquettaires

PDFImprimerEmail
Écrit par Marc Buffet
le 02 Décembre 2011
PTT - Antiagrégant plaquettaires
Informations médicales :
Nom du médicament : Antiagrégant plaquettaires
Nom alternatif : aspegic - kardegic
Synonyme : aspirine
Description : Aspirine; antiagrégant plaquettaire
Remarques : utilisation dans le PTT quand plaquettes > 50 000/mm3, à doses antiagrégantes
Informations Complémentaires :
Famille de médicaments : PTT
Commentaire
La prescription d'antiagrégants plaquettaires est discutée dans les MAT, essentiellement dans le PTT.

Le niveau de preuve de l’efficacité des antiagrégants plaquettaires est faible. De plus, ils augmentent le risque de saignement. Leur mécanisme d’action antiagrégant particulier est distinct du mécanisme de l’hyperagrégation plaquettaire impliquée dans le PTT et justifie qu’ils ne soient pas introduits systématiquement. S'ils sont introduits, attendre que le taux de plaquettes soit supérieur à 50 000/mm3.
Revue de la littérature
Une étude randomisée de l’ Italian Cooperative Group for TTP portant sur 72 patients recevant des EP associés aux corticoïdes avec ou sans l’association aspirine – ticlopidine, retrouve une tendance à un meilleur pronostic à 15 jours dans le groupe avec antiagrégant et significativement moins de récidive à un an sous ticlopidine au long cours (Bobbio-Pallavicini, Gugliotta et al. 1997; Bennett, Weinberg et al. 1998). Cependant, lors des publications de ces résultats, le suivi était incomplet. De plus, la diclopidine et le clopidrogel ont été associés avec un risque accru de PTT (Bennett, Weinberg et al. 1998; Bennett, Connors et al. 2000).
 Dans une étude ouverte portant sur 12 patients consécutif, les patients recevaient une perfusion intraveineuse continue de 100 mg de dipyridamole associée aux EP et aux corticoïdes. Une réponse complète a été observée dans 87,5% des cas, sans effets secondaires significatifs (Quintini, Barbera et al. 2003).
Mis à jour le 31 Janvier 2014